NOUS UTILISONS DES COOKIES

En poursuivant votre navigation sur le culturoscoPe site vous consentez à l’utilisation de cookies. Les cookies nous permettent d'analyser le trafic, d’affiner les contenus mis à votre disposition et renseigner les acteurs·trices culturel·le·s sur l'intérêt porté à leurs événements.

©DR

Artistes régionaux
Vernissage

Lis Blunier, Aurélie Jossen, Lara Manzini et Laura Beaubrun

Étage 19 - Nidau


L’exposition collective des trois artistes visuels Lis Blunier, Aurélie Jossen et Lara Manzini du 23 au 26 juin, ainsi que les représentations de la danseuse Laura Beaubrun les trois jours suivant le vernissage.


À quoi faut-il s’attendre et de quoi pouvons-nous déjà nous réjouir ?

Laissons la parole aux artistes pour qu’elles se présentent brièvement, elles et leur travail :


C’est Aurélie Jossen qui s’exprime le plus longuement. Elle écrit en substance : « De mon enfance corse dans la forêt, je retiens l’enchevêtrement des bois, la souplesse de la terre, les lumières changeantes des feuillages, la force de l’eau, la dureté bleue de la pierre, et la tendresse profonde des mousses. Ces éléments intériorisés s’expriment dans mon travail : Chaque œuvre est un accord entre mes sensations, images, pensées et s’ancre dans mon vécu du présent. Mes travaux apparaissent comme les formes des découvertes intériorisées lors de mouvements, de rencontres, de passages d’un espace à un autre, de tension entre un champ ouvert, dégagé, perméable et un recoin intime, secret, abrité. »



Lis Blunier se présente plus brièvement, ainsi que son travail : « Lis Blunier – établie à Berlin en tant qu’artiste indépendante avant son retour en Suisse en 2019, plus précisément à Bienne. Son travail se concentre, depuis la fin de sa formation en tant que sculptrice, sur les textures et les structures du paysage, particulièrement les détails. Faire place au hasard et prendre le temps, s’arrêter – de façon à laisser apparaître des moments intenses, presque magiques dans lesquels la vie et la richesse de détails particuliers puissent prendre forme et créer de la poésie. »



Lara Manzini se limite elle aussi à quelques lignes : « La peinture, le dessin est un espace dans lequel je prends conscience du lien que j’ai avec moi-même et avec les autres. C’est un espace où mes contradictions, mes impulsions et ma naïveté d’être humain face à la vie restent libres. Accepter l’imperfection, les énergies permanentes qui nous traversent, font de nous des êtres imparfaits, uniques et semblables ».




Enfin, Laura Beaubrun explique sa performance de danse en ces termes : « Située quasiment entre l’Amérique, l’Europe et l’Afrique, Haïti réunit des éléments et des dieux de ces continents. L’une de ces divinités est Simbi, androgyne et liée à l’élément eau. À travers la musique, la danse et l’art dédiés à Simbi, je souhaite créer des liens entre vous et elle, entre le visible et l’invisible, entre l’ailleurs et l’ici, dans le sens de l’esprit et de la matière – en quête de rencontre et d’échange. »



Le vernissage aura lieu le jeudi à partir de 18 heures – bien entendu en présence des artistes, qui seront également présentes, du moins en partie, les trois jours suivants et qui se réjouissent de discuter avec toutes les personnes intéressées par leur travail.