NOUS UTILISONS DES COOKIES

En poursuivant votre navigation sur le culturoscoPe site vous consentez à l’utilisation de cookies. Les cookies nous permettent d'analyser le trafic, d’affiner les contenus mis à votre disposition et renseigner les acteurs·trices culturel·le·s sur l'intérêt porté à leurs événements.

 2 fév  >  5 avr 
Kapwani Kiwanga, pink-blue, 2017, vue d’exposition The Power Plant Contemporary Art Gallery, Toronto (CA), 2017; Courtesy the artist, Galerie Poggi, Paris, Galerie Tanja Wagner, Berlin, Goodman gallery, Johannesburg / Cape Town; photo: Toni Hafkenscheid;

Exposition

Centre d’art Pasquart

KAPWANI KIWANGA

Centre d’art Pasquart - Bienne

Kapwani Kiwanga

2.2-5.4.2020

Vernissage: sa 1.2.2020, 17:00

Fondé sur des recherches, le travail de Kapwani Kiwanga (*1978, CA / FR) questionne des histoires marginalisées ou oubliées, en utilisant formellement plusieurs médiums comme la sculpture, l’installation, la photographie et la vidéo. Elle met en dialogue ce travail de recherche avec la matérialité convaincante de ses oeuvres, avec laquelle elle fait référence aux phénomènes sociopolitiques, au syncrétisme ou aux conséquences globales des structures du pouvoir. Elle remet en question la manière dont fonctionnent l’historiographie, les systèmes autoritaires ainsi que la production de savoir, et subvertit la compréhension officielle de la vérité en complétant l’histoire par la croyance populaire et la spiritualité. Cette lecture alternative du passé et du présent englobe une diversité de perspectives inhérentes aux moments sociaux et politiques récurrents. Kiwanga mêle délibérément vérité et fiction pour déstabiliser les récits prédominants et créer des espaces dans lesquels les discours oubliés peuvent s’épanouir. Dans une autre ligne narrative, Kiwanga traite de la dynamique du pouvoir dans les domaines de l’architecture et des édifices publics. Elle s’intéresse notamment aux bâtiments disciplinaires dans lesquels une dimension résolument physique et psychologique est conférée par des éléments de design. Le corps est alors soumis à la dictature du voir et de l’être vu, et est obligé de se mouvoir en suivant des lignes et des structures spatiales prédéfinies.