NOUS UTILISONS DES COOKIES

En poursuivant votre navigation sur le culturoscoPe site vous consentez à l’utilisation de cookies. Les cookies nous permettent d'analyser le trafic, d’affiner les contenus mis à votre disposition et renseigner les acteurs·trices culturel·le·s sur l'intérêt porté à leurs événements.

15 sep  > 25 oct 
Création d’Armand Schulthess. Photo: Hans-Ulrich Schlumpf.

Exposition

Club 44

Le Jardin de la mémoire d’Armand Schulthess

Club 44 - La Chaux-de-Fonds
Le créateur d’art brut Armand Schulthess fait de la nature le support de son expérience, créant un jardin encyclopédique au cœur d’une forêt, au Tessin. Avec l’idée de spatialiser l’ensemble des connaissances, il réordonne la pensée humaine dans un labyrinthe poétique.
Dès son arrivée à Auressio, au-dessus de Locarno, en 1951, Schulthess organise sa châtaigneraie en un réseau de sentiers, passerelles, escaliers et points de vue. Puis, il accroche et cloue aux branches et aux troncs des arbres plus d’un millier de plaques de métal, souvent assemblées : des fonds de boîtes de conserve ou de bidons récupérés qu’il pare d’inscriptions. Tracées à l’aide d’une aiguille à tricoter, elles sont rédigées en allemand, français, italien, anglais et hollandais. Foisonnants, les textes concernent, sans hiérarchie, des domaines variés : chimie, géologie, littérature, sexualité, astronomie, philosophie, cinéma, cybernétique, mathématiques, astrologie, botanique mais aussi physique nucléaire, mécanique, opéra, ou encore cuisine et psychanalyse. Son exubérance langagière lui donne l’espoir, utopique, de rassembler les richesses du monde, l’unité du grand Tout. Après sa mort, ses affaires et l’ensemble de ses créations sont brûlées. Plusieurs œuvres sont sauvegardées in extremis. Quelques artistes et écrivains ont manifesté un vif intérêt pour cette création extravagante, comme S. Corinna Bille et Max Frisch qui ont écrit à son sujet. D’autres ont photographié l’environnement singulier, sauvegardant cette création disparue grâce à leur précieux témoignage. C’est le cas d’Ingeborg Luescher, de Gérald Minkoff et de Hans-Ulrich Schlumpf. C’est à ce dernier que l’on doit les photographies présentées au Club 44 (c. 1970), ainsi qu’un film documentaire : «J’ai le téléphone» (1974).

Commissariat de l’exposition : Lucienne Peiry
Lucienne Peiry
Lucienne Peiry est historienne de l’art, PhD, spécialiste d’Art Brut, commissaire d’expositions, conférencière et essayiste.

Elle a occupé le poste de directrice de la Collection de l’Art Brut, à Lausanne, pendant dix ans (2001-2011) et a favorisé l’enrichissement et le rayonnement du musée en Suisse et à l’étranger. Elle a organisé près de 40 expositions en Europe, au Japon et en Australie, et donné des conférences ainsi que des cours en Europe, aux Etats-Unis et au Japon.

Lucienne Peiry a consacré sa thèse de doctorat à l’Art Brut et à l’histoire de la collection conçue par Jean Dubuffet ; son étude a été publiée chez Flammarion en français, en anglais et en allemand, et en chinois.

Elle a été récemment commissaire de plusieurs expositions, notamment « Écrits d’Art Brut. Langages & pensées sauvages », au Musée Tinguely à Bâle (2021-2022). Une exposition intitulée « Parures d’Art Brut, réunissant des costumes de plusieurs créateur·trice·s, est présentée actuellement au Musée des Beaux-Arts du Locle (2022).

Lucienne Peiry est chargée de cours à l’EPFL (Ecole polytechnique fédérale de Lausanne), où elle donne un enseignement sur l’Art Brut (depuis 2010).

Elle vient d’être nommée au sein du comité d’Art Brut du Centre Pompidou, à Paris, à la suite de la donation de la collection d’Art Brut de Bruno Decharme.

L. Peiry a un site internet: notesartbrut.ch



Prix d’entrée : Entrée libre
Détails Site Itinéraire

Club 44

Rue de la Serre 64

2300 La Chaux-de-Fonds

AG Culturel
Au même endroit
Cela pourrait aussi vous intéresser