NOUS UTILISONS DES COOKIES

En poursuivant votre navigation sur le culturoscoPe site vous consentez à l’utilisation de cookies. Les cookies nous permettent d'analyser le trafic, d’affiner les contenus mis à votre disposition et renseigner les acteurs·trices culturel·le·s sur l'intérêt porté à leurs événements.

21 mar  > 31 oct 
©DR

Exposition

Jardin botanique de Neuchâtel

Le Réceptaire - Projet citoyen

Jardin botanique - Neuchâtel

Le réceptaire

Quel est ce mot étrange ? Venez le découvrir dans l’espace du café du jardin où seront exposés les premiers témoignages de ce projet citoyen très moyenâgeux ! Et si vous êtes séduits par ce travail, pourquoi ne pas y participer en livrant votre propre histoire ?


Le Jardin botanique de Neuchâtel propose de confectionner, avec l’aide de chacune et chacun, un grand livre de recettes de plantes médicinales. L’idée est de valoriser des savoirs populaires issus des quatre coins de la planète. Ce projet interculturel permettra à chacun de témoigner, dans sa langue, sur une page de ce recueil destiné à valoriser les savoirs populaires ainsi que l’universalité des pratiques de soins. Une démarche citoyenne lancée en collaboration avec le service cantonal de la cohésion multiculturelle, le service communal de l’intégration et des infrastructures culturelles et l’association RECIF.

Un réceptaire, c’est quoi ?

« Réceptaire » est un mot de l’ancien français signifiant « livre de recettes ». Ce type d’ouvrage, très en vogue de la Renaissance au siècle des Lumières, était destiné à aider la population à se soigner contre des fléaux aux origines inconnues telles que la peste, le choléra ou encore le feu de Saint-Antoine. Le projet du Jardin botanique de Neuchâtel est de créer un réceptaire du XXIe siècle afin de rendre compte d’un savoir populaire toujours vivant dans le monde entier.

Un projet interculturel

L’aspect interculturel du projet est essentiel aux yeux des responsables car il permet de prendre conscience du caractère universel de la pratique des soins à base de plantes. Ce savoir est un patrimoine partagé par l’ensemble de l’humanité. Une dizaine de femmes de l’association RECIF-Neuchâtel se sont prêtées au jeu du témoignage afin de lancer le mouvement. Toutes issues de la migration, elles se sont retrouvées au cours de français de Céline Daucourt et ont accepté de préparer un témoignage dans leur langue maternelle, puis en français.

Le service cantonal de la cohésion multiculturelle (COSM), qui fête ses trente ans de politique d’intégration multiculturelle, joue un rôle actif dans ce projet car il transmet l’appel à participation auprès des 145 communautés vivant dans le canton, afin que chacune des nombreuses langues parlées dans la région soit représentée dans le grand livre. Cette action est également relayée par le Service de l’intégration et des infrastructures culturelles de la Ville de Neuchâtel.

Plantes médicinales : qui sait quoi ?

Les circonstances du confinement liées à la pandémie de coronavirus donnent une occasion unique de se retrouver en famille et de réfléchir à la transmission des savoirs entre les générations. L’usage des plantes médicinales s’est d’ailleurs toujours transmis à l’intérieur du cercle familial. Alors pourquoi ne pas en faire un sujet de discussion ? Posez la question à votre entourage autour d’un repas : qui connaît l’usage d’une plante qui soigne ? Comment cette connaissance est parvenue jusqu’à vous ? Fouillez dans votre mémoire et vos armoires. Peut-être y trouverez-vous une tisane de plantes que vous avez récoltées vous-même. Surgiront alors d’autres évocations du passé, lorsqu’enfant vous étiez soigné-e par l’un de vos parents.

Comment participer ?

Pour participer à cette œuvre commune, rien de plus simple : il suffit de contacter le jardin botanique par courriel (jardin.botanique[at]unine.ch) en précisant le nom du projet « Réceptaire ». Une fois que votre témoignage sera prêt, vous serez invité-e à venir le retranscrire dans le grand livre.

Au même endroit
Cela pourrait aussi vous intéresser