NOUS UTILISONS DES COOKIES

En poursuivant votre navigation sur le culturoscoPe site vous consentez à l’utilisation de cookies. Les cookies nous permettent d'analyser le trafic, d’affiner les contenus mis à votre disposition et renseigner les acteurs·trices culturel·le·s sur l'intérêt porté à leurs événements.

dimanche 20 juin 2021 – 11:00

Artistes régionaux
Jeune public
Musique

Les Chambristes

La 4ème Folle journée des Chambristes : musique classique et restauration fine!

Temple - Bevaix

IVè FOLLE JOURNEE DES CHAMBRISTES

Musique classique et restauration fine : la journée culturelle et conviviale à ne pas rater à Bevaix !

Les Chambristes reprennent leurs concerts à Bevaix. Ils vous accueilleront dimanche 20 juin de 11h à 17h au temple et à l’Hôtel- Restaurant du Cygne pour leur désormais fameuse Folle Journée, composée d'un superbe repas et de grande musique!

Pour cette 4ème édition, Les Chambristes se sont assuré la présence de deux solistes habitués aux plus grandes scènes mondiales. La violoncelliste Ingrid Schoenlaub fera montre de son jeu fluide et chaleureux, quant à Alexandre Dubach, son violon enchanteur servira à merveille le célèbre concerto de Beethoven.

Le premier concert au temple, à 11h, commencera par une sonate de Jean-Marie Leclair. S’il avait été italien, nul doute que Leclair serait aussi célèbre que Corelli ou Vivaldi. Il se fit d’abord connaître comme danseur, car au XVIIIe siècle, composition, violon et danse n’étaient pas dissociés en France. On le trouve ainsi maître de ballet à Turin avant qu’il n’entre à la Musique du roi Louis XV. On lui doit un opéra, mais le plus grand violoniste français de son temps est surtout connu pour ses sonates et concertos pour violon. Non élucidé, son assassinat dans un faubourg sordide de Paris où il avait élu domicile, en a fait, jusqu’à nos jours, un personnage mystérieux. Ainsi, Gérard Gefen, en 1990, le fait assassiner (dans un roman fort bien écrit) par... Jean-Jacques Rousseau ! En 2019, Michel Lorge lui consacre à son tour un roman policier.

Puis place à la musique vivante ! Les Chambristes interprèteront le « Cahier de Quatuor » de Jean-Philippe Bauermeister. Ce compositeur neuchâtelois, président des Chambristes, sera présent, heureux de pouvoir discuter avec le public après le concert. Son oeuvre est constituée de trois études au tempo vif, entrecoupées de la même ritournelle variée. Le style de Monsieur Bauermeister recherche une langue adoptant une démarche qui s'éclaire à la lumière de la réplique que Debussy envoya à un critique qui le taxait d'impressionniste : "Impressionniste ? Certes non, je n'ai écrit que des mélodies !"

Ensuite, retour dans le passé: la bassoniste des Chambristes, Doruntina Guralumi interprètera deux pages de Mozart, dont le célèbre Adagio du concerto pour clarinette.

Ce premier concert se clora par un extrait de la superbe Sonate Arpeggione de Franz Schubert sous les doigts de la la violoncelliste Ingrid Schoenlaub. L’Arpeggione était un instrument inventé en 1823 qui tomba dans l’oubli. C’était une espèce de guitare à archet qui se tenait comme un violoncelle. Hélas, c’était trop compliqué pour les violoncellistes qui peinaient à maîtriser les six cordes et l’accord de la guitare, et impossible pour les guitaristes qui ne savaient que faire d’un archet. Il reste que cette sonate est une des plus belles œuvres de Schubert.

Vers midi, le public n’aura que quelques pas à faire pour rejoindre l’Hôtel-Restaurant du Cygne où apéritif, salade mêlée, filets de perches, frites maisons et coupe glacée seront servis.

Puis retour au temple à 15h30, où Les Chambristes feront résonner l’ouverture de « La Flûte enchantée » de Mozart. Il sera alors temps d’accueillir Alexandre Dubach qui offrira au public le fameux concerto de Beethoven pour violon. Le premier mouvement est d’une grande noblesse, le second d’une rare poésie ; quant au troisième, c’est un rondo sur un thème jubilatoire et guilleret. Nul doute qu’à la sortie du concert, ce thème vous trottera dans la tête plusieurs jours! L’accompagnement du concerto de Beethoven a été réalisé par Les Chambristes. Ce n’est pas parce que la Folle Journée ne peut s’offrir un orchestre symphonique dans le temple de Bevaix qu’il faut priver les matous de l’interprétation d’un des plus grands concertos par un des plus grands violonistes : Alexandre Dubach.

Conscients des problématiques actuelles, Les Chambristes ont pris les dispositions les plus strictes pour votre sécurité : la Folle Journée ne se fait que sur réservation. Elle est limitée à 39 personnes. Ainsi le temple offrira des distances raisonnables ; quant au restaurant du Cygne, il sera exclusivement réservé au public inscrit. Il dispose de trois salles (tables de quatre personnes) et de deux terrasses. Le prix de la Folle journée est de 100 francs, les réservations, traitées par ordre d’arrivée se font par courriel à info@leschambristes.ch