NOUS UTILISONS DES COOKIES

En poursuivant votre navigation sur le culturoscoPe site vous consentez à l’utilisation de cookies. Les cookies nous permettent d'analyser le trafic, d’affiner les contenus mis à votre disposition et renseigner les acteurs·trices culturel·le·s sur l'intérêt porté à leurs événements.

Théâtre

Centre Culturel Régional Delémont

L’art de la chute

Forum St-Georges - Delémont

Cie l’Atelier de l’inventeur. Texte et jeu : Antoine Zivelonghi

«La chute a ceci de fascinant qu’elle est sans retour, sans retenue, sans compromis: absolue!» Vous est-il arrivé de tomber, de plus ou moins haut, en rêve ou dans la réalité, et de ressentir l’inexorable de ce qui arrive et va arriver, l’impact? Sauf qu’en rêve, on se réveille juste avant…

 Antoine Zivelonghi ne l’a pas rêvée, sa chute. Il l’a vécue pour de vrai, dans sa chair, d’une hauteur de trente mètres lors d’un vol en parapente qui aurait pu lui être fatal. Cette expérience traumatisante a laissé des traces, dans le corps et dans la tête. Les quelques secondes qu’a duré la chute, le comédien les déploie en un seul-en-scène d’une heure à l’intérieur d’un corps qui tombe. Comme dans un ralenti, chaque sens prend tour à tour conscience de ce qui est en train d’arriver, le corps et l’esprit entament un dialogue vertigineux, les pensées tourbillonnent follement dans un chaos d’émotions. À l’intérieur de nous, visiblement, il y a du monde! Et l’âme et la conscience ne se précipitent pas forcément dans la même direction.

 « Revenons à notre chute. Elle a un début, un milieu, une fin. C'est précisément le milieu qu'explore Antoine Zivelonghi. Il s'en passe des vertes et des pas mûres, dans ce laps de temps. La vue se brouille avec la conscience qui menace d'en référer à l'âme. Le temps presse, il s'agit de trouver un compromis et de tomber… d'accord. En embarquant le public dans ce vertige. » Thierry Sartoretti/RTS

Une création coproduite par le fOrum culture 


Masque + Certificat COVID valide avec code QR + carte d'identité nécessaire pour cet événement.