NOUS UTILISONS DES COOKIES

En poursuivant votre navigation sur le culturoscoPe site vous consentez à l’utilisation de cookies. Les cookies nous permettent d'analyser le trafic, d’affiner les contenus mis à votre disposition et renseigner les acteurs·trices culturel·le·s sur l'intérêt porté à leurs événements.

 6 mar  > 15 mar 
© Alex Girod

Artistes régionaux
Exposition

Cabinet SR:CH

VISION

Studio du CAN - Neuchâtel

Plutôt que des Balkans, c’est de Belgrade qu’il s’agit. Cette ville, que l’artiste a rencontrée à deux reprises, une première fois quelques semaines après la fin des bombardements de l’OTAN en 1999 et une seconde fois en 2017. De deux rencontres une curiosité, un amour naissant. Entre son passé historique aux destructions et reconstructions, l’énergie chaotique de l’Orient, la mélancolie des grandeurs oubliées, la fierté des fleuves et l’histoire à réécrire sans cesse, les murs de la ville blanche hypnotisent. C’est de cet état de grâce permanent, de cette tristesse de violon et de l’aube en vapeur de soleil sur ses pavés, ses bétons. C’est de l’eau qui lustre ses quais, de ceux qui habitent, passent ou survivent, de ceux qui achètent en pétrole la Save bientôt cosmopolite, de ces mondes qui se croisent entre la nuit et le jour, qu’Alexandre Girod veut parler, écrire et rendre image.

Entre images et textes, il mène son travail artistique sur le questionnement de l’urbanité et de ses problématiques. Cette thématique, initiée lors d’un séjour d’une année à Rio de Janeiro en 2006 puis à Ouagadougou, lui tient à coeur. Au-delà des clichés que la mégapole induit dans l’imaginaire collectif, qu’ils aient attrait à la violence, à la beauté, au chaos, à la vie nocturne ou culturelle, c’est sur l’organisation instinctive ou planifiée de ces fourmilières qu’il aime travailler. Penser la ville comme une entité propre, questionner sa pluralité et l’étudier en tant qu’anatomie. Essayer de comprendre les interactions subtiles entre ses habitants et leurs interdépendances, les structures des différentes zones urbaines et la pénétration de la campagne. Puis avec le bagage du travail de recherche documentaire, creuser ses interrogations en laissant l’imaginaire se déporter vers une forme poétique et onirique qui offre à la ville le corps et l’âme d’une créature de légende.

Après trois mois de résidence dans la capitale serbe, le photographe présentera son travail grâce à un projet éditorial conceptualisé par le collectif NORT. Un livre qui se commence tant par la première que la dernière page. Cette dualité se rejoint alors en son centre, à la croisée des récits que racontent les auteurs. Une dramaturgie unique, narrée par l’image et le texte selon un concept éditorial fort qui exploite une iconographie aux lignes de forces audacieuses et soigneusement choisies.


Vernissage le 6 mars 2020 à 18h en présence du photographe Alex Girod et du collectif NORT.

Détails Site Itinéraire

Studio du CAN

Rue des Moulins 37

2000 Neuchâtel