NOUS UTILISONS DES COOKIES

En poursuivant votre navigation sur le culturoscoPe site vous consentez à l’utilisation de cookies. Les cookies nous permettent d'analyser le trafic, d’affiner les contenus mis à votre disposition et renseigner les acteurs·trices culturel·le·s sur l'intérêt porté à leurs événements.

 4 jan  >  9 fév 

Exposition

Galerie des Annonciades

Kolos-Vary

Galerie des Annonciades - St-Ursanne

Sigismond Kolozsvári, dit Kolos-Vary, est né le 19 mai 1899 à Bánffy-Hunyad en Hongrie. De 1918 à 1925, il étudie à l'école des Arts Décoratifs de Budapest. L'année suivante, il effectue un voyage d'étude en Italie, il découvre les maitres italiens, Paolo Uccello qui influence ses débuts.

En 1926, après un voyage en Suisse, Kolos Vary s’installe à Paris, puis visite l'Espagne. Il fait la connaissance du poète Pierre Guéguen, ami de Le Corbusier, qui préface ses expositions à la Galerie de Madame Povolozky, modèle de Modigliani. C’est dans cette galerie que Kolos-Vary vend ses premières toiles et qu’il rencontre Jacques Lipchitz, André Lhote, André Salmon et Jean Cassou.

En 1941, arrêté à Paris par des agents de la gestapo, Kolos-Vary est interné en 1941 au camp de gurs durant deux années et réalise entre autre un carnet de dessin pour une fillette (conservé au centre de documentation juive contemporaine). Il s'évade en 1943 et réussit à rejoindre la Suisse. Il y reste jusqu’en 1946, puis revient à Paris. Il est naturalisé en 1955.

Jusqu'en 1954, les tableaux de Kolos-Vary sont marqués par l’expressionnisme. Entre 1950 et 1954, il traverse une période transitoire qui évolue vers un langage abstrait. A partir de 1977, Sigismund Kolos-Vary installe son atelier à Boulogne-Billancourt. Il est mort en Suisse en 1983 à la Chaux-de-Fonds.

Ayant opté résolument pour l'abstraction, Kolos-Vary cherchait à évoquer, «par une image microscopique, une grande partie de l'univers...» «Mes tableaux sont composés d'éléments parallèles et souvent de ronds», expliquait-il. «La succession des lignes parallèles suggère les horizons vus à des distances différentes, et les ronds (ou les soleils) donnent le point de repos des yeux, mesurant ainsi l'espace en profondeur.»

Ses paysages abstraits ont une beauté rare, poétique, touchante. Il aimait peindre sur des toiles grand format où il faisait exploser les jaunes et les oranges sur d'intenses fonds ocre, terre et bleus.

Détails Site Itinéraire

Galerie des Annonciades

18 rue du 23 Juin

2882 St-Ursanne