NOUS UTILISONS DES COOKIES

En poursuivant votre navigation sur le culturoscoPe site vous consentez à l’utilisation de cookies. Les cookies nous permettent d'analyser le trafic, d’affiner les contenus mis à votre disposition et renseigner les acteurs·trices culturel·le·s sur l'intérêt porté à leurs événements.

Pierre William Henry

CONCERT

LES JARDINS MUSICAUX

8 · Trois petites liturgies

GRANGE AUX CONCERTS - Cernier

GALINA USTVOLSKAYA (1919 – 2006)
Composition n° 2 « Dies irae » ( 1972 – 73 )
pour huit contrebasses, percussion et piano

OLIVIER MESSIAEN ( 1908 – 1992 )
Trois petites liturgies de la présence divine ( 1943 )
pour choeur, piano, ondes Martenot et orchestre

Simon Péguiron, piano
Jacques Tchamkerten, ondes Martenot
ENSEMBLE LA SESTINA
Préparation du choeur : Adriano Giardina
ORCHESTRE DES JARDINS MUSICAUX
Direction : Valentin Reymond

Coproduction Les Jardins Musicaux – Concerts de la Collégiale

Outre sa fascination pour les extrêmes qui semblent décrire la distance qui existe entre l’homme et Dieu, Galina Ustvolskaya utilise des combinaisons inhabituelles d’instruments et une éloquence scandée, ici les syllabes du Dies irae. Une prononciation sans mots, silencieuse et intérieure pour une œuvre d’exception.

Emblématique de l’œuvre d’Olivier Messiaen, avec une partie de piano très élaborée associée aux ondes Martenot, les Trois petites liturgies de la présence divine expriment la foi du compositeur. Elles multiplient aussi les allusions à la couleur, autre thème qui, avec les oiseaux aussi omniprésents dans l’œuvre, a toujours habité le compositeur.

La musique des Trois petites liturgies est avant tout une musique de couleurs. Les « modes » que j’y utilise sont des couleurs harmoniques. Leur juxtaposition et leur superposition donnent des bleus, des rouges, des bleus rayés de rouge, des mauves et des gris tachés d’orangé, tout cela en draperies, en vagues, en tournoiements, en spirales, en mouvements entremêlés. Il y faut ajouter mes recherches rythmiques, les canons, et l’emploi des deci-talas de l’Inde antique.

À propos du deuxième et céleste mouvement, le compositeur ajoute  : C’est une chanson d’allure populaire et triomphale, semblable aux chants joyeux des premiers chrétiens. Le chœur y répète constamment le même refrain avec de nombreuses variantes d’harmonie, de rythme et d’orchestration.


Réserver

LIENS MÉDIAS Simon Péguiron
Jacques Tchamkerten
Ensemble La Sestina
Détails Site Billetterie Itinéraire

GRANGE AUX CONCERTS

GRANGE AUX CONCERTS

2053 Cernier

20 ans 100 francs
Au même endroit
Cela pourrait aussi vous intéresser