NOUS UTILISONS DES COOKIES

En poursuivant votre navigation sur le culturoscoPe site vous consentez à l’utilisation de cookies. Les cookies nous permettent d'analyser le trafic, d’affiner les contenus mis à votre disposition et renseigner les acteurs·trices culturel·le·s sur l'intérêt porté à leurs événements.

©DR

Artistes régionaux
Théâtre amateur

Groupe théâtral de Court

Alors Arlette, heureuse?

Halle de gymnastique - Cortébert

Alors Arlette, Heureuse ?

Gontrand de Saint-Moret(Olivier Ruf) rencontre Arlette(Mégane Wüthrich) au « Lapin coquin ».

Elle est stripteaseuse, lui fils unique est héritier d’une bonne famille. Malgré leur différence sociale ils s’aiment et viennent de se marier. Si Arlette a comme elle le dit avec gouaille, quelques heures de vol, Gontrand, lui, n’a jamais décollé du tarmac… Alors, bien sûr, il tient à sa nuit de noces et attend avec beaucoup d’impatience et un peu d’appréhension de retrouver l’intimité de la chambre conjugale…

Evidemment, le sort en a décidé autrement et la maison familiale des Saint-Moret n’aura jamais connu autant d’agitation que cette nuit-là. Entre le frère d’Arlette(Frédéric Lauber) qui tente de fuir ses deux conquêtes —la belge(Daniela Cancer) et la sicilienne(Juçara Carrupt)— qui cherchent à l’assassiner, la mère de Gontrand(Danielle Wyss) qui tire au fusil dans le salon, et des policiers un peu trop zélés(Yves Perrin et Thibault Wyss) mais qui ne comprennent pas grand-chose à tout ça, rien ne va se passer comme prévu.

Mise en scène par André Christ et Francis Schütz, cette pièce en deux actes de Jean-Claude Martineau est moderne, dynamique et truffée de situations plus abracadabrantes les unes que les autres.

A n’en pas douter, cette année encore, il y aura de quoi se renforcer les zygomatiques au GTC.

Réservations :

les jours ouvrables de 19h à 21h au 078 756 35 94