NOUS UTILISONS DES COOKIES

En poursuivant votre navigation sur le culturoscoPe site vous consentez à l’utilisation de cookies. Les cookies nous permettent d'analyser le trafic, d’affiner les contenus mis à votre disposition et renseigner les acteurs·trices culturel·le·s sur l'intérêt porté à leurs événements.

Visuel de l’exposition, Design : Nicolas Eigenheer/Noémie Gygax

Animation | Musique

CAN Centre d’art Neuchâtel

Parallels Part 3: Central Heating Visions

CAN - Neuchâtel

Parallels
Part 3 : Central Heating Visions

Urban Zellweger
Caroline Bourrit
15.10–20.11.22
Vernissage 15.10.22, 18h
Avec un concert de Save My Skin Music, 22h

Caroline Mesquita
Tabita Rezaire
jusqu'au 30.10.22

Barbezat-Villetard
jusqu'au 18.12.22

Le troisième chapitre de l’exposition Parallels continue le 15 octobre prochain avec un vernissage-événement qui inaugurera une installation de l’artiste neuchâteloise Caroline Bourrit et une série d’œuvres inédites du zurichois Urban Zellweger. La soirée sera clôturée par un concert de Save My Skin Music, projet expérimental originaire de Bienne, qui évolue selon les musicien·nes qui le compose ; pour cette occasion, ce sera Chri Frautschi

et Vera Trachsel qui joueront en duo. Les installations oniriques de Caroline Mesquita et Tabita Rezaire seront toujours visibles jusqu’au 30 octobre prochain.

Parallels, d’une longueur inhabituelle pour le CAN, occupe les lieux depuis
le mois de janvier et suit une trame particulière : les salles, repensées spécifiquement pour l’occasion, accueillent les propositions des artistes et invitent le public à naviguer dans des espaces indépendants les uns des autres, que distribue un corridor rougeoyant à l’allure d’artère, de vaisseau, créé par le duo Barbezat-Villetard. Une suite de vernissages inaugurent les nouvelles interventions et ces fragments pris en un flux continu évoquent tous, dans leur multiplicité, cette même exposition collective. L'ultime partie qui se déroule entre septembre et décembre 2022 est intitulée Part 3 : Central Heating

Visions. Le sous-titre est un clin d’œil à l’usine de chauffage qui occupait les lieux jadis et suggère également la notion de perception, qu’elle soit sensible, cognitive ou extra-sensorielle. Les pratiques privilégiées durant ce laps
de temps se développent autour de l’idée de monde imaginaire, d’utopie, d’apparition qui renvoie à des œuvres souvent immersives et sensorielles.