NOUS UTILISONS DES COOKIES

En poursuivant votre navigation sur le culturoscoPe site vous consentez à l’utilisation de cookies. Les cookies nous permettent d'analyser le trafic, d’affiner les contenus mis à votre disposition et renseigner les acteurs·trices culturel·le·s sur l'intérêt porté à leurs événements.

Musique

KartellCulturel

Judith Wegmann & Simon Bucher

Kreuz Nidau - Nidau
Canto Ostinato pour 2 pianos

Canto Ostinato respire la vivacité et la force. Une expérience à la fois méditative et profondément émouvante. Le morceau ouvre un immense espace intérieur et évoque le rythme de la mer, des vagues qui frappent la terre encore et encore.

SIMON BUCHER - Grand Piano

JUDITH WEGMANN - Grand Piano


Mathieu Grosjean - installation vidéo


Avec cinq notes (Une figure à cinq), l'œuvre commence à se déployer subtilement. Lentement, elle avance avec les patterns qui se superposent et se répètent "ad libitum". A l'unisson, comme le temps qui avance, seconde après seconde, sans pouvoir être arrêté. De temps en temps, une note dissonante apparaît, qui semble se frotter un court instant à l'harmonie, avant de se dissoudre à nouveau et de s'intégrer à la structure. Toujours en mouvement, mais sans être pressant.

Avec Canto Ostinato, on entre dans un état proche de la transe, dans lequel on semble flotter. De courts fragments mélodiques surgissent de nulle part, se détachent doucement des patterns et voudraient vous toucher par leur beauté, juste un instant parfois - pour ensuite disparaître à nouveau dans l'immensité des mondes sonores répétitifs. Est-ce que c'était un rêve ?

Le nombre de répétitions des différentes parties, les "cellules", n'étant pas fixé par la composition, il en résulte une énorme liberté pour les interprètes, qui peuvent contribuer à façonner l'œuvre "quasiment sur le moment". Cela suppose une interaction intense pendant le concert et fait de l'exécution de "Canto Ostinato" un événement particulier.


SIMEON TEN HOLT (1923-2012) était un compositeur néerlandais. Après des études dans son pays natal, auprès du compositeur de Bergen Jacob van Domselaer, ten Holt s'est installé à Paris en 1949, où il a étudié à l'École Normale de Musique de Paris avec Arthur Honegger et Darius Milhaud. En 1954, il est retourné aux Pays-Bas. Jusque dans les années 70, sa musique s'inscrit dans différents courants avant-gardistes ; les compositions sérielles, la musique électroacoustique et le théâtre musical occupent le devant de la scène. Des pièces originales voient le jour, tout à fait sous le signe de l'avant-garde musicale, sans que celle-ci ne soit toutefois connue à l'étranger. Au milieu des années 70, son style change. Il se tourne à nouveau vers la tonalité, compose des œuvres plus vastes et plus harmonieuses. Son œuvre Canto Ostinato, achevée en 1979 et sur laquelle il travaillait depuis plusieurs années, marque une rupture totale avec sa musique précédente. Considéré par beaucoup comme son œuvre principale, Canto ostinato est une composition minimaliste de longueur et de structure variables pour un ou plusieurs pianos, écrite dans une harmonie de la fin du romantisme. Cette composition est l'une des œuvres de musique classique contemporaine les plus jouées et les plus populaires aux Pays-Bas. Les compositions suivantes s'inscrivent également dans ce style et sont généralement écrites pour un ou plusieurs pianos.


SIMON BUCHER Le pianiste suisse Simon Bucher est un soliste, improvisateur, musicien de chambre et accompagnateur de lieder très demandé au niveau international. Des engagements l'ont conduit au Centre Pompidou Paris, au KKL Luzern, à la Tonhalle Zürich, au Stadttheater Bern, au MoMA New York, à l'Art Institute Chicago et à des festivals de musique comme le Budapest Spring Festival, le Klavierfestival Ruhr, le Carinthischer Sommer, le Nargen-Festival, les Murten Classics ou le GAIA Musikfestival.


Son jeu de piano est très apprécié par la presse et le public. "Le drive du pianiste Simon Bucher, mais aussi son jeu sensible en tant qu'accompagnateur et son exquise interprétation du Prélude religieux ont été déterminants pour le succès du concert" (Gramophone). Après des études à la HEAB avec Erika Radermacher et Tomasz Herbut, il a complété sa formation en suivant des masterclasses avec Ruben Lifschitz, Klaus Hellwig et Irwin Gage.


Ce musicien aux multiples récompenses est lauréat du 10e Concours international Johannes Brahms et de l'Association suisse des musiciens. Simon Bucher a été invité en tant que conférencier à l'événement international TEDx, est directeur artistique de la série de concerts "Das Lied - Liedrezitale Bern" et a enseigné à la Haute école des arts de Berne. En tant que soliste, il collabore avec des chefs d'orchestre tels que Daniel Klajner, Tonu Kaljuste, Michael Sanderling et Kaspar Zehnder. Son intérêt très large pour les genres musicaux les plus divers se manifeste dans ses formations de musique de chambre polyvalentes, sa collaboration avec des danseuses, des VJ et ses récitals solos improvisés.


Avec la mezzo-soprano Stephanie Szanto, il a fondé le duo "The High Horse". Leur premier album Best of Worst Vol. 1, acclamé par la presse, est sorti en novembre 2019. Avec le pianiste Mischa Cheung, il a développé et joué la musique de deux performances de danse de la chorégraphe Alexandra Bachzetsis, commandées par le Museum of Modern Art New York (2016) et l'Art Institute of Chicago (2019). Un grand nombre de ses concerts ont été diffusés par la radio et la télévision (SWR, ORF, Espace 2, SRF, DRS 2). Plusieurs CD ont été enregistrés chez ARS Produktion, Orchid Classics et Carus.


JUDITH WEGMANN, qui vit aujourd'hui à Bienne, est une pianiste internationale. À l'âge de 16 ans, elle a d'abord étudié à l'école de jazz de Lucerne et de Berne, puis a suivi des études de musique classique qu'elle a terminées avec succès en obtenant plusieurs masters.

En tant que pianiste classique et musicienne de chambre, elle donne régulièrement des concerts dans différentes formations. En tant que pianiste transgenre, elle se confronte dans des projets aussi bien à la musique classique et à la nouvelle musique qu'à l'improvisation. Année après année, elle crée et conçoit de nouveaux programmes de concert avec différentes formations et en assume la responsabilité jusqu'à ce qu'ils soient joués. Ses projets ont été présentés en Suisse et à l'étranger.


Ces dernières années, la pianiste s'est intéressée de près au thème du temps - avec toutes les facettes que cette question comporte - et a conçu les projets les plus divers qui vont au fond de ce thème. Il en résulte en 2017 son album solo "le souffle du temps". A propos de cet enregistrement, le critique de jazz écossais Brian Morton a écrit dans la dernière phrase : "Make time to listen to this music, as the musician made time to prepare for it. Ne l'ajoutez pas à une pile d'autres CD qui ne demandent qu'à être écoutés. Ne l'applaudissez pas immédiatement et passez à la chose suivante. Jouez-le à nouveau. Vous le jouerez pendant des années".


"Dans mes travaux, il est question de l'expérience du temps, de l'éphémère, de la disparition et de la renaissance, qui sont autant d'aspects du temps. Naturellement lié à l'histoire de chaque vie". (Interview ZZ 2019).

En 2019, elle a réalisé "le souffle du temps II - Réflexion", un autre projet solo avec sept œuvres commandées à des compositeurs suisses et une tournée qui l'a menée à travers l'Europe. Il en a résulté son deuxième enregistrement en solo, qui est également paru chez HatHut en 2020. Depuis plusieurs années, elle s'intéresse de près aux œuvres tardives de M. Feldman, qu'elle a interprétées au niveau international ces dernières années. Les deux enregistrements de "Triadic memories" et "For John Cage" ont été salués par la critique internationale.


Elle est lauréate de nombreux prix et bourses d'encouragement. En 2021, elle a remporté le prestigieux prix culturel "Zuger Werkjahr" pour ses créations artistiques indépendantes. Depuis 2015, elle est active au sein de l'association "Werkstatt für freie Improvisierte Musik" à Berne. Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)