NOUS UTILISONS DES COOKIES

En poursuivant votre navigation sur le culturoscoPe site vous consentez à l’utilisation de cookies. Les cookies nous permettent d'analyser le trafic, d’affiner les contenus mis à votre disposition et renseigner les acteurs·trices culturel·le·s sur l'intérêt porté à leurs événements.

Artistes régionaux
Théâtre

Théâtre du Concert

Le journal du silence

Théâtre du Concert - Neuchâtel

Un chocard a le devoir d’être paradoxal, vrai, poétique, menteur… c’est ça, menteur. Celui qui prétend que les vérités existent est un menteur et les chocards ne profèrent que des vérités… tu saisis?

Lecture-spectacle… ou revenir au texte avec la sobriété des moyens et la qualité d’un jeu précis sur le verbe. Toutefois, une comédienne, un comédien, un décor, de la lumière et de la musique, un moment pour s’égarer en imagination dans la vie des autres.

Le récit : Une femme perdue en haute montagne, blessée, ne pouvant plus se déplacer et frappée d’amnésie traumatique discute avec un oiseau, un chocard aux pattes rouges et becs jaunes. Avec l’aide de ce « volatile persiffleur », elle reconstruit ses souvenirs, se découvre amoureuse et fait renaître son désir de vie.

L’émotion est la source de la mémoire… et l’émotion, c’est des larmes et des rires, deux sentiments qui construisent la gravité humaine, et comme la gravité n’existe qu’en regard de la légèreté. Alors peut-être que nous devrions tous avoir un chocard moqueur posé sur nos épaules afin de nous rappeler les plaisirs de l’existence.

Drôle et moqueur, ce texte aborde les déroutes de notre humanité.


Yves Robert texte et mise en lecture
Laurence Iseli, Blaise Froidevaux lecture
Denis Rabaglia intervenant en dramaturgie
Arnaud Robert photographie
Cargo15 & Atelier Grand Cargo production
Théâtre du Concert partenariat

Prix libre, chapeau à la sortie !