NOUS UTILISONS DES COOKIES

En poursuivant votre navigation sur le culturoscoPe site vous consentez à l’utilisation de cookies. Les cookies nous permettent d'analyser le trafic, d’affiner les contenus mis à votre disposition et renseigner les acteurs·trices culturel·le·s sur l'intérêt porté à leurs événements.

dimanche 31 octobre 2021 – 17:00

Musique

Musique des Lumières (MDL)

Les Nouvelles Nations

Stadtkirche - Temple Allemand - Bienne

Tomás Luis de Victoria (1548-1611) Taedet animam meam
Pablo Ortiz (1956) Victoria Redux (création MdL 2021)
Interlude (orgue seul)
Johann Sebastian Bach (1685-1750) Concerto pour hautbois d’amour BWV 1055
Interlude (orgue seul)
Georg Philipp Telemann (1681-1767) « Les Nations » Ouverture-Suite TWV 55: B5


Nathalie Gullung hautbois d’amour

Pascale van Coppenolle orgue

Orchestre Musique des Lumières

Facundo Agudin direction

Production Musique des Lumières

Collaboration : Reformierte Kirchgemeinde Biel, Freudeskreis der Orgelabende Biel



Bienne Baroque : Das erste Konzert!

Une nouvelle « scène baroque » est en train de naître dans une emplacement de rêve : le centre historique de Biel-Bienne. Au cœur de la Vieille Ville se trouve la Stadtkirche- Temple Allemand. Son acoustique remarquable et ses trois orgues accueilleront des concerts d’un nouveau type — nous vous en tiendrons informés !

Après les succès rencontrés lors du live-streaming de Pâques 2021 et des concerts donnés dans le cadre des Concerts de St-Germain à Genève, le programme « Les nouvelles Nations » sera présenté pour la première fois au public biennois.

Trois œuvres à découvrir. La collaboration entre Musique des Lumières et le compositeur américain-argentin Pablo Ortiz propose aujourd’hui Victoria Redux, composée en 2020 pour Musique des Lumières et Facundo Agudin (création en avril 2021). Il s’agit d’une intervention harmonique – rythmique apportée au mouvement d’introduction du célèbre Requiem à six voix de Tomás Luis de Victoria. Le style de Pablo Ortiz est déjà bien connu du public de Musique des Lumières, qui était à l’origine de plusieurs commandes d’œuvres depuis la naissance du projet Nuevo Tango Nuevo, en 2012. (Son Rocamadour ouvre la nouvelle production discographique Generación Cortázar, dont nous parlerons plus bas). À Biel-Bienne, une création mondiale d’Ortiz a séduit le public lors du spectacle Américas !, présenté dans le cycle d’abonnement du TOBS Théâtre Bienne Soleure, en avril 2018.

Mais au centre du triptyque Les Nouvelles Nations se trouve le lumineux Concerto pour hautbois d’amour BWV 1055 en la majeur, de Jean-Sébastien Bach. Facundo Agudin décrit son choix : « Je suis heureux de retourner à la musique de Bach régulièrement en compagnie de mes collègues de l’orchestre Musique des Lumières. Au fil des saisons, nous avons tissé un lien particulier entre nous, en tant qu’ensemble — et cela a été possible, en grande partie, grâce à Bach. En cette occasion, c’est un bonheur pour moi (pour nous tous !) d’accompagner notre superbe hautbois solo, Nathalie Gullung, une artiste subtile, précise, généreuse, avec un vrai rapport au son. »

En troisième partie du programme, et comme coup d’envoi vers une future “Bienne Baroque”, Musique des Lumières interprétera la Suite « Les Nations » de Georg-Philipp Telemann. Le grand musicologue français Gilles Cantagrel y fait ainsi référence : « L’intérêt de Telemann le mène à connaître toutes les musiques de l’Europe de son temps. Italienne, évidemment, anglaise, espagnole, écossaise et, bien sûr, cette musique française qu’il connaît admirablement. François Couperin en faisait autant à la même époque avec ses propres Nations, mais ce sont plusieurs suites consacrées à divers pays que compose Telemann. Dans son Ouverture-Suite « Les Nations » TWV 55:B5, il élargit considérablement l’horizon de Couperin, puisque son cadre géographique le mène au-delà de l’Europe occidentale, avec les Moscovites et les Turcs, qui n’auront été repoussés des terres danubiennes que depuis quelques décennies seulement, après une longue occupation. La France y est bien représentée, avec l’Ouverture et le Menuet. Les Turcs sont ici représentés par un grand vacarme propre à semer la panique, les Suisses profilent quelques armaillis chantant et dansant, les Moscovites sont campés dans un morceau très étrange sur un bourdon de trois notes, les Portugais dansent gaiement, avant que ne se succèdent, appartenant à toutes les nations, boiteux et coureurs… »